lun. Sep 27th, 2021

Alors qu’Emmanuel Macron a fait sa rentrée cette semaine et que les choses s’accélèrent à droite, ceux qui veulent jouer un rôle dans la future campagne du chef de l’État s’activent déjà en coulisses. La compétition est lancée entre « les hommes du président ».

Ils sont bien les « hommes du président » : hormis Brigitte Macron, il n’y a aucune femme dans l’entourage proche du chef de l’État. Compétition 100% masculine pour les postes-clefs, directeur de campagne ou porte-parole notamment, et l’heure est effectivement à la lutte des places.

En lice : Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-Mer, l’un des transfuges de la droite ; Stéphane Séjourné, député européen, l’un des conseillers politiques du président ; Clément Beaune, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, qui a donné une interview très politique cette semaine dans Le Monde ; l’incontournable Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement ; Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture ou encore Jean-Marie Girier, un homme de l’ombre, directeur de campagne en 2017, il est devenu préfet tout en gardant l’oreille du président.

Une longue liste et un point commun pour au moins trois d’entre eux : Séjourné, Girier et Denormandie faisaient partie des « mormons », ces soutiens de la première heure d’Emmanuel Macron qui travaillaient jour et nuit pour son accession à l’Elysée. Au sein de la majorité, cette lutte d’influence fait sourire voire franchement rire. Cette course de petits chevaux est « ridicule » pour un dirigeant de la majorité. De toute façon, « le président est darwinien, dit-il, il va laisser faire la nature ». Comprenez : la sélection se fera naturellement. « Chacun essaie de pousser son avantage et ça arrange le chef de l’État », complète un conseiller pour qui « Emmanuel Macron aime diviser pour mieux régner, ça permet à tout le monde de se donner à fond ». Ce conseiller ajoute : « De toute façon, le chef de l’État déteste les organisations figées ».

C’est vrai qu’il n’y a jamais eu d’organigramme de campagne en 2017. Et une phrase revient régulièrement quand on évoque le sujet : « De toute façon, le directeur de campagne d’Emmanuel Macron, c’est Emmanuel Macron ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *